SÉLECTIONNEZ UN SALON

Loire-Atlantique - 44

Vertou

7 / 8 / 9 / 10

Octobre 2022

Salle Sèvre et Maine

Haut-Rhin - 68

Colmar

21 / 22 / 23

Octobre 2022

Parc Expo Colmar

Eure-et-Loir - 28

Chartres

21 / 22 / 23

Octobre 2022

Chartrexpo

Ille-et-Vilaine -35

Rennes

29 / 30 / 31

Octobre et 1er Novembre

Parc expo Rennes Aeroport

Côtes-d'Armor - 22

Saint Brieuc

04 / 05 / 06

Novembre 2022

Parc Expo

Finistère - 29

Brest

11 / 12 / 13 / 14

Novembre 2022

Brest Expo- Parc de Penfeld

Loire-Atlantique - 44

Nantes

18 / 19 / 20

Novembre 2022

Parc Expo La Beaujoire

Maine-et-Loire - 49

Angers

25 / 26 / 27 / 28

Novembre 2022

Angers Expo Congrès

Haute-Vienne - 87

Limoges

25 / 26 / 27

Novembre 2022

Parc Expo

Sarthe - 72

Le Mans

02 / 03 / 04

Décembre 2022

Centre des Congrès

Manche - 50

Cherbourg

09 / 10 / 11

Décembre 2022

La Cité de la Mer

© 2021 TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Que se passe-t-il au printemps aux vignobles ? – 4 saisons aux vignobles

Partager cet article

EmailTwitterFacebookLinkedIn

Au printemps, la vigne reprend vie. Les bourgeons éclosent, les feuilles et les vrilles poussent, les fleurs laissent place aux fruits… Entre le débourrement et la nouaison, le viticulteur réalise de nombreux travaux dans les vignes, afin de favoriser le bon développement des raisins. Découvrez ce qui se passe au printemps dans le vignoble grâce à notre série d’articles “4 saisons aux vignobles”.

Le printemps dans les vignes : le réveil

Après le repos de l’hiver, il est temps pour la vigne d’entamer un nouveau cycle. L’atmosphère se réchauffe et la vigne se réveille. Un gros travail du vigneron est nécessaire pour obtenir des raisins de qualité. L’objectif est d’aider le plus possible les raisins à atteindre la maturité parfaite pour les vendanges.

La vigne est traitée pour éviter les maladies et de multiples travaux sont réalisés : ébourgeonnage, rognage, épamprage pour limiter l’exposition aux maladies et optimiser l’ensoleillement des ceps. A la fin du printemps, les vignerons assistent à la floraison, qui aboutit à la formation de la grappe. Là aussi, des travaux tels que l’effeuillage sont nécessaires pour favoriser l’aération et l’ensoleillement des grappes de raisins.

Les vignes en avril

En avril, la sève remonte dans les rameaux qui n’ont pas été coupés et “pleure”. Cela annonce la première phase du nouveau cycle : le débourrement. Il s’agit de l’éclosion des bourgeons. D’abord, la base du bourgeon est protégée par la bourre, puis est rejetée hors des écailles. C’est une phase redoutée par les vignerons, car la vigne est vulnérable aux maladies et au gel. Cela peut mettre la récolte en péril.

La taille des vignes est terminée. Les vignerons palissent sur fil de fer : ils attachent la vigne horizontalement sur des fils de fer afin de maintenir les sarments. On appelle cela le palissage. De cette façon, les grappes bénéficieront de la meilleure exposition possible pour se développer. Cela facilite également les travaux effectués avec le tracteur, pour ne pas abîmer les pieds.

Les vignes en mai

Le mois de mai est particulièrement connu pour ses Saints de Glace. Les 11, 12 et 13 mai sont des dates très importantes pour les vignerons. Ils peuvent ensuite souffler : il n’y aura normalement plus de gelées.

Les premiers traitements contre les parasites végétaux et les parasites animaux sont effectués, selon le mode d’agriculture choisi. Ils cesseront environ 3 semaines avant les vendanges. Une seconde série de labours est également effectuée pour éviter que des plantes prolifèrent dans les vignes.

C’est aussi la période de l’ébourgeonnage, très importante pour la bonne croissance de la vigne. Il s’agit de retirer manuellement certains bourgeons et départs de végétation inutiles, appelés “gourmands”. Ce travail évite de nourrir les gourmands, qui ne donneront aucun raisin et augmente donc la charge du pied de vigne. L’épamprage est réalisé quelques semaines après le débourrement.

Le vigneron doit supprimer une partie des rameaux : ceux qui ne poussent pas correctement, ceux qui poussent en hauteur et sur les côtés. On appelle ça le rognage. Le vigneron sélectionne les meilleurs rameaux pour obtenir des raisins de meilleure qualité. Cela permet également de fournir plus de lumière aux autres ceps et de limiter l’exposition aux maladies.

Quand les bourgeons et les rameaux sont issus de la base du cep, on parle d’épamprage. Cette étape est réalisée manuellement, mécaniquement (avec un tracteur), chimiquement (avec des produits pulvérisés sur la plante) ou thermiquement (en brûlant les rameaux indésirables). L’épamprage thermique peut être couplé d’un désherbage, pour limiter la concurrence entre l’herbe et la vigne.

Les vignes en juin

Les inflorescences sont développées et les boutons floraux se séparent. La vigne fleurit ! On observe généralement entre 11 et 15 feuilles. Les feuilles permettent la photosynthèse et la régulation de la température de la vigne. Chaque cépage a ses propres feuilles, ce qui les rend facilement différenciables au printemps.

Les vrilles se développent en même temps que les feuilles. Ce sont des ramifications qui permettent d’ancrer la vigne sur un support. Elles sont d’abord souples, puis se lignifient.

La floraison dure peu de temps, généralement 10 jours maximum. On assiste rapidement à la chute des capuchons floraux, ce qui transforme la fleur en fruit : c’est la nouaison, aussi appelée fécondation. La grappe commence à se former avec les baies et les pépins, qui grossissent.

Lorsqu’apparaissent les premiers raisins, le viticulteur effectue l’effeuillage : cela consiste à retirer les feuilles trop proches des grappes. Il faut privilégier l’aération et l’ensoleillement des raisins, afin de favoriser leur croissance. Cela limite aussi la prolifération des maladies qui se développent sur les feuilles de vigne.

Focus sur les traitements des vins bio, biodynamiques et naturels

Au mois de mai, nous avons vu que les viticulteurs débutent les traitements dans les vignes. Or, les traitements phytosanitaires sont sensiblement différents entre les vins conventionnels, les vins bio, les vins naturels et les vins biodynamiques.

Les vins bio

Le vigneron doit restreindre les traitements chimiques dans les vignes pour respecter le cahier des charges de l’agriculture biologique. Une intervention peut avoir lieu si des parasites attaquent la vigne, par exemple. En ce qui concerne les maladies type oïdium ou mildiou, il est conseillé de préférer des traitements naturels, à base de cuivre ou de soufre.

Les vins biodynamiques

Pour traiter les vignes en agriculture biodynamique, on privilégie les méthodes naturelles. Les viticulteurs utilisent des préparations thérapeutiques à base de plantes pour prévenir les maladies de la vigne. La taille et les travaux dans les vignes respectent les rythmes lunaires et planétaires.

Les vins naturels

La viticulture naturelle n’autorise aucun produits chimiques, produits phytosanitaires ou engrais. Seuls les traitements d’origine naturelle sont autorisés.

LES PROCHAINS SALONS

AUX VIGNOBLES !

BON À SAVOIR

À VOIR AUSSI