SÉLECTIONNEZ UN SALON

Finistère - 29

Quimper

2 / 3 / 4

Mars 2024

Parc Expo Quimper-Cornouaille

Charente-Maritime - 17

La Rochelle

8 / 9 / 10

Mars 2024

Espace Encan

Morbihan - 56

Vannes

8 / 9 / 10 / 11

Mars 2024

Le Chorus

Calvados - 14

Caen

22 / 23 / 24

Mars 2024

Parc des expositions de Caen

Moselle - 57

Metz

5 / 6 / 7

Avril 2024

Metz Expo

Loire-Atlantique - 44

Vertou

Dates à venir

Salle Sèvre et Maine

Haut-Rhin - 68

Colmar

20 / 21 / 22

Octobre 2023

Parc Expo

Eure-et-Loir - 28

Chartres

20 / 21 / 22

Octobre 2023

Chartrexpo

Ille-et-Vilaine -35

Rennes

27 / 28 / 29 / 30

Octobre 2023

Rennes parc expo

Côtes-d'Armor - 22

Saint Brieuc

03 / 04 / 05

Novembre 2023

Palais des Congrès et des Expositions

Finistère - 29

Brest

10 / 11 / 12 / 13

Novembre 2023

Brest Expo- Parc de Penfeld

Loire-Atlantique - 44

Nantes

17 / 18 / 19 / 20

Novembre 2023

Parc Expo La Beaujoire

Maine-et-Loire - 49

Angers

24 / 25 / 26 / 27

Novembre 2023

Parc des Expositions

Haute-Vienne - 87

Limoges

24 / 25 / 26

Novembre 2023

Parc Expo

Sarthe - 72

Le Mans

01 / 02 / 03

Décembre 2023

Centre des Expositions

Manche - 50

Cherbourg

08 / 09 / 10

Décembre 2023

La Cité de la Mer

Pyrénées-Atlantiques - 64

Biarritz

2 / 3 / 4 / 5

Février 2024

Halle D'Iraty

Seine-Maritime - 76

Le Havre

16 / 17 / 18 / 19

Février 2024

Carré des Docks

Ille-et-Vilaine - 35

Saint Malo

24 / 25 / 26

Février 2024

Le Quai Saint Malo

© 2021 TOUS DROITS RÉSERVÉS.

Vignoble de la Rodaie : préparer la relève

Partager cet article

EmailTwitterFacebookLinkedIn

Interview de Christel Cousseau, vigneron.

 Mardi 11 avril, 13h. Au chai, Christel Cousseau rentre chez lui pour répondre à nos questions sur son exploitation à Saint-Nicolas-de-Bourgueil. Son attachement à son métier est palpable, tout comme sa fierté de voir ses enfants reprendre le flambeau et faire perdurer l’héritage familial.

Bonjour M. Cousseau, pouvez-vous commencer par me raconter l’histoire du vignoble de la Rodaie ?

Le vignoble de la Rodaie, c’est tout simplement une exploitation familiale, depuis 5 générations. Il y a eu l’arrière grand-père, le grand-père, nos parents, nous et nos enfants qui suivent derrière !

L’arrière grand-père était un ouvrier viticole et à l’époque, comme ça se faisait beaucoup, il a mis de l’argent de côté et a acheté une parcelle, puis une deuxième… Il a eu 2 enfants, ça a créé 2 exploitations et voilà où nous en sommes.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de reprendre l’exploitation ?

L’amour du métier ! C’est formidable de faire ce métier là. L’exploitation vient du côté de mon épouse Claudine, on a décidé de reprendre quand on a vu comment était le métier. C’était en 1987. Si ma femme a fait des études viticoles, moi j’étais postier ! J’ai tout appris avec mon beau-père et j’ai fait des formations pour travailler sur l’exploitation.

On a pris la relève, et maintenant c’est au tour de nos enfants, sur le même principe ! Une de nos deux filles, qui était institutrice, fait la même chose que moi : des formations pour reprendre l’exploitation, sans avoir suivi d’études viticoles. Mon gendre, lui, est agriculteur et travaille avec nous.

Actuellement sur l’exploitation, nous sommes 5 : mon épouse et moi, mon gendre et ma fille, et un ouvrier 2 jours par semaine. C’est un petit vignoble de 9 hectares donc on n’a pas besoin d’être nombreux. Au niveau des tâches, tout le monde est polyvalent. La vinification est surtout répartie entre mon gendre et moi mais tout le monde va aussi bien dans les vignes, dans le chai… Y’a pas de chef de culture, pas de maître de chai, on met tous la main à la pâte.

Vous produisez du Saint-Nicolas-de-Bourgueil, comment vous décririez cette appellation ?

C’est une petite appellation qui existe depuis 1937, elle compte à peu près 1 200 hectares au niveau de la commune. C’est une particularité géographique, l’appellation est située sur la commune, on ne peut pas produire ce vin ailleurs qu’à Saint-Nicolas-de-Bourgueil.

C’est du Cabernet Franc, à 100%, ça donne des vins souples et faciles à boire. On fait des rouges et un petit peu de rosé.

Est-ce que votre processus de production a des particularités ?

On a très longtemps vendangé à la main, mais depuis 5-6 ans on vendange à la machine, faute de personnel.

Par contre on fait une cuvée particulière, notre cuvée Vieilles Vignes, où on sélectionne 3 parcelles de nos vignes, plantées pour les plus vieilles en 1940, qu’on vendange et qu’on vinifie à part, puis qu’on passe en vieux fût de chêne. Elle est appréciée parce qu’elle a des tanins très prononcés. Elle est très agréable et plus facile à associer à des plats que notre cuvée classique, plus légère.

Combien de cuvées produisez-vous ?

On fait 3 cuvées. On a une cuvée Tradition, qui est le vin rouge représentatif de l’appellation. On a la cuvée Vieilles Vignes qu’on vendange à part et qui passe 6 mois en vieux fût. Et on a une cuvée spécifique, ça fait quelques années qu’on fait ça, tout simplement depuis la naissance de nos 5 petits-enfants parce qu’on a commencé à faire des cuvées spécifiques qui portent leur nom ! On laisse la vieille vigne 2 ans en vieux fût de chêne. Ca fait 3 cuvées, et le rosé.

Laquelle on vend le plus lors des salons Aux Vignobles ? Ça dépend des régions. Si on va sur Vannes, c’est plutôt la Vieilles Vignes. Sur Chartres, la Tradition. C’est sûrement une question de préférence, mais peut-être aussi une question de prix car la Vieilles Vignes est un petit peu plus chère.

Depuis quelle année êtes-vous exposant au salon Aux Vignobles ?

Notre première année, c’était à Vannes en 1993 ou 1994. On ne faisait aucun salon avant, ce sont des amis de Vannes qui nous ont dit qu’il existait des salons viticoles. On a contacté les organisateurs, on s’est inscrits et depuis on n’a jamais quitté Vannes !

Ensuite on nous a demandé si on voulait aller à Chartres, puis à Rennes, à Caen, et maintenant on a rajouté La Rochelle et Saint-Brieuc : on en fait 6 par an. Celui qui marche le plus c’est Vannes puisque ça fait 30 ans qu’on y va, mais on est contents de tous les salons qu’on fait.

Comment vendez-vous ?

Pour l’instant notre site web est en cours de création, ce sont nos enfants qui s’en occupent. On communique par le biais des salons Aux Vignobles ! et par e-mail. On fait aussi de la vente sur l’exploitation mais c’est une pratique qui fonctionne de moins en moins. Les salons ont bien fait de s’installer : c’est à nous de nous déplacer pour les clients. Ils trouvent de tout lors des salons, c’est l’avantage !

On espère bien que les salons continuent comme ça et nos enfants sont partants pour continuer. C’est un milieu formidable, on adore ça !

Quels sont, pour vous, les atouts des salons Aux Vignobles ?

Ce qui nous fait rester, c’est leur communication et les clients que ça nous amène. Si personne ne venait au stand, ça ferait longtemps qu’on aurait arrêté. Pendant les salons, on peut vendre une bonne partie de notre récolte.

L’équipe Aux Vignobles ! est aussi très sympa et ils savent vraiment organiser des salons. Ils sont très à l’écoute et proches de nous. Thomas Pluvinage vient nous voir dès qu’il est là, il ne va pas passer à côté sans nous dire bonjour ! C’est important pour nous, on est attachés à ça.

Vous aurez le plaisir de retrouver Christel et Claudine Cousseau pour déguster les cuvées du Vignoble de la Rodaie sur les salons Aux Vignobles ! d’automne 2023.

LES PROCHAINS SALONS

AUX VIGNOBLES !

BON À SAVOIR

À VOIR AUSSI

Démarrez l’expérience aux vignobles

VIVEZ L’EXPERIENCE AUX VIGNOBLES !

Entrez dans l’univers Aux Vignobles ! Découvrez ou redécouvrez les pépites des différentes régions de France.. Apprenez davantage sur le savoir-faire et l’histoire de ces produits de caractère….